Sécheresses, étiages et déficits en eau


Sécheresses, étiages et déficits en eau

Les grands thèmes

1 La caractérisation des phénomènes à travers l'ensemble des approches permettant de les décrire

Avec un accent sur les différents compartiments du cycle de l’eau et les formes de sécheresse à identifier : météorologiques et climatiques, hydrologiques et hydrogéologiques (y compris les relations surface et aquifères), pédologiques pour les sols. Mesure et perception de ces phénomènes. Rappelons que les situations de pénurie d’eau sont visées prioritairement, à savoir les situations dans lesquelles les ressources en eau sont temporairement ou structurellement insuffisantes pour faire face à des demandes croissantes. Les milieux visés sont les rivières, les lacs et les réservoirs, les aquifères et les sols superficiels. Il s’agirait de montrer, à travers des études de cas pris dans des territoires en difficultés situés dans les trois grandes sous-régions visées, la réalité de la sécheresse à partir de données mesurées ou de modèles forcés dans les conditions régnant actuellement.

2 Les modèles hydro-climatiques et les systèmes d’information sur l’eau

On se place clairement dans le cadre du changement climatique. On part des grands modèles retenus par le GIEC ; on effectue des descentes d’échelles selon des procédures parfois sophistiquées et on débouche sur la caractérisation « eau » du changement climatique dans ses composantes pluies, débits des rivières, baisse de niveau et recharge des nappes et interception par évapotranspiration. Les évolutions en moyennes interannuelles, saisonnières ou mensuelles constituent une première étape. Il est indispensable de qualifier les variabilités et les instabilités dont certains experts pensent qu’elles seront exacerbées à l’horizon 2100. On part de l’observation sur le terrain, la mesure en météorologie et l’hydrométrie, les technologies les plus adaptées, les bases de données, les traitements de ces données et les indicateurs les plus pertinents.

3 Changements globaux, y compris dans les usages de l’eau, conséquences sociales et économiques

On revient à des exercices de prospective avec l’objectif de mettre en évidence les secteurs où des ruptures ou seulement des inflexions ou des excès pourraient conduire à des écarts critiques entre besoins et ressources. Il s’agit d’abord de quantifier ces écarts, qui pourront être absolument considérables ou peu marqués selon les régions mais aussi selon les scénarios. Des communications sont attendues sur les évolutions qualitatives et les conséquences ou impacts prévisibles de ces changements sur l’alimentation, la santé, l’énergie et la biodiversité. Ces impacts sont économiques, sociétaux et environnementaux ; ils sont abordés selon des approches multidisciplinaires et la contribution des sciences humaines et sociales est aussi attendue. Les impacts sur l’agriculture et sur les grandes villes seront traités en priorité. Dans ce cadre, il est proposé d’assurer la liaison avec la seconde conférence internationale sur « Eaux, mégapoles et changements globaux » qui sera organisée dans la même période au siège de l’UNESCO, sous la forme d’une session commune.

4 Modalités d’adaptation aux futures tensions sur l’eau

Il s’agira plutôt d’une revue à travers des présentations de cas emblématiques plutôt que d’une approche théorique exhaustive.  Le retour d’expériences des crises passées. Des modes de gestion de la demande en eau plus incitatifs et mieux adaptés. Des   outils et des procédures de gouvernance et de planification mieux partagés et mieux suivis (éviter ou limiter les conflits d’usage notamment). Des éclairages en termes de développement durable ou d’atteinte de l’ODD6. La mobilisation de ressources alternatives, non conventionnelles. Les ouvrages de stockage et les systèmes de transfert.


Juin 2018 : lancement de l’appel à communications

Décembre 2018 : réception des résumés des communications proposées

Janvier 2019 examen des résumés (CS) et sélection (communication orale, poster ou rejet)

Mai 2019, réception des propositions de communications écrites et examen par les membres du CS

Juillet 2019, mise au point des communications terminée après relecture par des membres du CS

Mi-octobre, remise aux animateurs de sessions des présentations PPT

Novembre 2019, tenue du colloque.


Downloads